Polarisation : pour ou contre ?

Si je suis POUR ceci, suis-je forcément CONTRE cela ?
Source : https://pixabay.com/fr/photos/poteau-indicateur-conseil-direction-1161965/

Ce terme nous met face à un choix : être pour A et donc contre B…ou l’inverse… Mais tu ne peux pas être les deux !

Avec la fin de la Guerre Froide, nous pensions peut-être en avoir fini avec la polarisation de notre monde… La guerre en Ukraine nous remet violemment face à cette réalité : devoir choisir un camp. Mais là, cela paraît simple, n’est-ce pas ? On est « forcément » pour les Ukrainiens ! Et alors, du coup, on est « contre » les Russes ?! Sting a ressorti sa chanson Russians au début de la guerre, comme pour nous redire :  ce sont des humains aussi ! En lisant une vie de Dietrich Bonhoeffer – pasteur résistant allemand, torturé et exécuté sur ordre personnel d’Hitler – j’ai réalisé que les Allemands avaient eu à subir 12 ans de dictature nazi… alors que nous Français n’avions eu « que » 4/5 ans d’occupation selon les régions, parfois moins… Tous les Allemands étaient des « boches »… C’était plus simple. En ces heures d’élections présidentielles, c’est aussi plus simple d’être contre untel que d’être réellement « pour » un projet constructif. Nous l’avons bien vu dans les discours des différents candidats…

La tentation de la polarisation peut nous rejoindre à tous moments dans notre vie. Elle ne concerne pas que la vie politique et l’histoire. Lors d’un divorce ou d’un conflit, les parents demandent à leurs enfants de « choisir » entre eux. Ce qui est désastreux pour les enfants qui ne « devraient » pas avoir à choisir entre ses parents ! Dans nos lieux de vie et de travail, il peut en être de même. Un frère de ma grand-mère n’a plus vu sa sœur jusqu’à la veille de sa mort, car celle-ci avait des relations avec un autre de ses frères… Si tu es « avec » lui, tu ne peux pas être avec moi… C’est la recherche de l’exclusivité. La réalité est plus complexe. Oui, nous pouvons être avec l’un et avec l’autre, sans exclure, sans choisir l’un plutôt que l’autre. Il est plus difficile de tenir les deux bouts que de se mettre d’un côté ou de l’autre… C’est plus confortable. Mais alors, on perd la relation. Et est-ce que ce n’est pas elle qui est la plus précieuse ?  

La relation est un trésor fragile. Il a été reproché au youtubeur Guillaume Pley de faire des entretiens « bienveillants » avec Eric Zémour et Marine Le Pen… Il a rencontré ces deux personnalités politiques, comme il a rencontré toutes les autres personnes qu’il a interviewé du cosmonaute Thomas Pesquet à simple aiguilleur du ciel, du gangster à Kev Adams . Guillaume interviewe avec bienveillance son invité/e. Mais est-il si sûr que l’amertume des débats télévisés et contradictifs soient vraiment ce qui nous éclairent le plus sur le projet de chacun ? N’est-ce pas que l’occasion d’une joute verbale et de jeu oratoire du « Moi président » de François Hollande à la prestation il y a 5 ans d’Emmanuel Macron… Est-ce vraiment cela qui nous a éclairé sur leur réelle capacité à gouverner ? Pas sûr. Nous aimons le « verbe » dans notre pays et depuis longtemps… Mais n’est-ce pas alors se faire avoir par l’apparence du « bien dit » plutôt que sur le fond ?

Discuter, avoir raison, défendre son point de vue, être volontiers critique sont des attitudes très mises en avant dans notre culture française. En vivant au Québec pendant deux ans, au milieu de sœurs d’autres cultures, j’ai vu que ce n’était pas une manière de faire partager par tous. J’ai appris de cette expérience. Apprendre à écouter, à regarder, à accueillir sans juger. S’intéresser réellement au point de vue de l’autre et se laisser « déplacer » par cette manière de voir différente… Ecouter jusqu’au bout… Une amie française qui a vécu en Allemagne me disait qu’elle avait appris à écouter en Allemagne car 1/ cela ne se fait pas de couper son interlocuteur là-bas, 2/ le verbe est à la fin donc pour comprendre le sens de la phrase : tu « dois » écouter jusqu’au bout ! Accueillir les paroles de plusieurs autres personnes qui ont des opinions radicalement différentes les unes des autres. Leur donner hospitalités… En communauté, la responsable demande son avis aux sœurs  sur un sujet donné. Elle écoute chacune. Ma prieure disait souvent : je viens de recevoir l’arc-en-ciel – manière imagée de dire des avis aussi différents les uns que les autres… maintenant, à moi, d’en faire de la lumière !!

Comment j’accueille la complexité, les différences, les dissonances, les silences dans ma vie ? Suis-je « monobloc » ou est-ce que j’arrive à me laisser « déplacer » par des points de vue « choquant » pour mes croyances ? Est-ce que cela peut être une occasion de m’ouvrir ? de grandir en humanité ?

#écoute #polarisation #bienveillance #choix #accueil #relation

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s